#RDVdesmots – Vaincre la nature

unbrindemaman © EM – #RDVdesmots – vaincre la nature

Le #RDVdesmots, c’est une semaine, une citation, une production libre.

Vous souhaitez participer au rendez-vous des mots ? C’est très simple, il vous suffit d’être inspirée par l’une des citations, vous pouvez participer sur votre blog, sur Instagram, Facebook, Twitter ou même en commentaire. Il n’y a pas de jour imposé ou d’ordre, pas de contraintes. Tout le monde peut participer. Faites parler votre imagination ! N’oubliez pas d’utiliser le hashtag #RDVdesmots et de faire signe en commentaire pour que nous puissions nous retrouver les unes les autres.

(Je ferai prochainement un article dédié qui aura pour objectif de répertorier toutes les citations au fil des semaines à l’intention des personnes qui souhaiteraient participer au #RDVdesmots dans le désordre, car l’introduction de mes rendez-vous des mots devenait un peu trop longue à mon goût…)

La citation de la semaine dernière : « La main qui berce l’enfant est la main qui dirige le monde. » William Ross Wallace

Au menu cette semaine :

« On ne peut vaincre la nature qu’en lui obéissant. »

Francis Bacon

De quelle nature parle-t-on ? Je distingue personnellement deux natures. Il y a la nature de l’homme, celle qui a trait à la personnalité et au caractère, et puis, il y a la nature végétale et organique qui constitue le monde dans lequel nous évoluons.

Pour la première nature propre à l’homme, je ne suis pas totalement d’accord avec les mots de Bergson.

Si par nature, quelqu’un se met rapidement dans une colère, dévastatrice pour lui et pour les autres, alors il pourrait être concevable de se dire que cet aspect négatif gagnerait à être « vaincu ». Je ne pourrais pas imaginer « l’éradication » d’un trait de caractère, telle que la colère dévastatrice, par l’obéissance à celle ci.

Et puis il y a l’expression très répandue qui ne laisse plus d’espoir : « Chassez le naturel et il revient au galop ». Comme si cette nature était d’une puissance irraisonnée, comme si elle était équivalente à la nature, au sens de notre deuxième hypothèse.

Cette nature-là est représentée par l’eau, la terre, les ressources naturelles…

Ces éléments gagneraient à être davantage pris en compte par l’homme qui n’hésite pas à déverser sa colère (en temps de guerre), ses propres espoirs (en développant ses industries les yeux fermés), ou simplement ses caprices, en dévastant le monde.

C’est pourtant bien cette dernière nature qui ne peut être « vaincue » que si elle est respectée. Le respect de celle-ci passe par la compréhension et l’obéissance aux grands principes qui la régissent.

Il faut se rendre à l’évidence. Le rapport de force entre l’homme et la nature est complètement en défaveur de l’homme. Ce n’est pas sur ce plan que l’homme a une valeur particulière sur terre. C’est sur le plan de l’intelligence.

J’apprendrais à mes enfants que l’homme n’est pas le nombril de l’univers. Que l’homme a, comme les animaux, des pulsions, mais que l’homme a également une raison. Que rien n’est figé et que l’homme peut travailler sur lui-même. Que l’homme a ce privilège de pouvoir dire à sa raison de faire autorité sur ses pulsions.

Je leur apprendrais aussi que la nature du monde, qui n’a pas de raison propre palpable, et qui n’est pas dotée d’empathie, reprendra toujours ses droits.

Rien ne sert même de vouloir la vaincre. Il suffit de la respecter.

EM.

Merci de m’avoir lue jusqu’au bout ! J’espère que mon interprétation vous a plu. Je vous attends dans les commentaires et j’en profite pour vous informer que pour cette citation, nous aurons (normalement) la chance de compter deux participantes : Mon amie Suzanne du blog les chroniques de Sallia qui participe très régulièrement (pour ne pas dire toujours) au rendez-vous des mots ! Nous devrions aussi pouvoir lire, dans les jours à venir, l’interprétation d’une autre copinaute : la très drôle dinde du blog Dinde de toi, qui a annoncé sa toute première participation !

J’ai vraiment hâte de lire tout cela.

 Je vous rappelle également qu’il reste encore quelques heures pour participer au concours pour tenter de remporter l’un des trois tote bags que j’ai imaginés pour vous et moi, sur le thème de la poule : c’est par ici !

Je vous laisse ici une citation pour la semaine prochaine :

« Les enfants d’une mère sont comme des rêves.
Aucun n’est plus merveilleux que les siens. »

Proverbe chinois

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans #RDVdesmots | 14 commentaires

Venez gagner votre tote bag un brin de maman !

Pour participer c’est par ici : http://unbrindemaman.com/2018/06/16/concours-2-_-je-suis-une-maman-poule/

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Concours | 2 commentaires

CONCOURS #2 _ Je suis une maman poule

unbrindemaman © EM – Concours #2_Je suis une maman poule

Cela fait plusieurs semaines que je vous en parle, ce grand jour est arrivé ! Oui oui, aujourd’hui je viens vous présenter le deuxième concours que j’organise sur le blog.

Ce n’est pas n’importe quel concours puisque pour celui-ci, j’ai mis tout mon cœur à l’ouvrage pour l’organiser par mes propres moyens, sans partenaire.

Laissez-moi vous raconter…

Lorsque je suis devenue maman, il y a un tout petit peu plus d’un an maintenant, les grands-parents, oncles et tantes de ma fille, toujours aussi gagas, même après plusieurs petits-enfants, neveux ou nièces, n’ont pas manqué de lui adresser énormément de cadeaux de naissance tous plus mignons et utiles les uns que les autres.

Cet élan de bienveillance et de générosité m’a énormément réchauffé le cœur. Il est vrai qu’un bébé a besoin de beaucoup de choses durant ses premiers mois… Je n’avais pas prévu de liste de naissance, mais je dois bien avouer que ces cadeaux visiblement empreints d’expérience ont été vraiment très utiles. Ils ont très bien complété ce que nous avions déjà préparé.

Etait-ce la retombée d’adrénaline ? La rétrospective chargée d’émotions sur les long mois de grossesse ? Les dernières semaines ? Ou simplement les circonstances ? Le fait est que j’étais particulièrement à fleur de peau, très sensible, le moindre élan de générosité était décuplé à mes yeux et ce témoignage d’amour à l’égard de mon petit bébé sonnait comme un grand et beau « Bienvenue à toi » très réconfortant pour moi.

Parmi toutes ces attentions, il y a un léger détail qui m’a particulièrement émue. Ma sœur avait eu l’idée de ranger tous les petits habits qu’elle avait choisi d’offrir à sa nièce dans un plus grand sac qui m’était destiné. Dans un joli tote bag avec un joli message assez drôle. Ce détail peut vous sembler ridicule, mais pour moi, cette attention était très touchante, l’air de dire : « C’est aussi grâce à toi si elle est là, je ne t’ai pas oubliée et je t’offre un petit quelque chose estampillé maman pour la première fois. »

J’ai longtemps porté ce sac l’été dernier, me baladant dans les rues, poussette à bout de bras, avec l’écho de mon autre sœur qui résonnait en moi. Elle m’avait dit un beau jour, au lendemain de la naissance : « Ça y est, tu te rends compte, tu es devenue une maman ! »

Et puis les mois ont passé, j’ai ouvert ce blog avec la maternité pour fond de toile, pour accompagner cette nouvelle aventure. Je me suis découverte maman poule, louve un peu parfois, très protectrice, possessive sûrement. Oui, c’est mon bébé, mon poussin, je l’ai porté et la voilà sous ma protection, sous mon aile… Dieu merci.

J’ai alors eu envie de confectionner un nouveau tote bag à mon image. J’ai fait mes petites ébauches et je suis arrivée à trois illustrations avec pour thème principal un animal très apprécié par mon bébé : la poule. Je n’ai pas su me décider, puis j’ai pensé que vous pourriez m’aider à choisir !

Finalement, même si nous vivons notre maternité différemment, chacune avec sa propre histoire, je suis certaine que ces petits tote bags pourraient aussi vous plaire (enfin, je l’espère), alors j’ai eu l’idée de lancer ce concours pour vous permettre de remporter le tote bag de votre choix.

Je n’ai fait imprimer que trois exemplaires, un pour chaque visuel, alors pour participer, il vous suffit de :
 – Vous inscrire à la newsletter du blog.
 – Et m’indiquer en commentaire le motif que vous souhaiteriez remporter.

La gagnante sera tirée au sort et recevra celui qu’elle préfère. (Fermeture du concours dimanche 24 juin à minuit).

1 – Je suis une maman poule

unbrindemaman © EM – Je suis une maman poule

2 – Quand je materne je couve

unbrindemaman © EM – Quand je materne, je couve

3 – Je suis une poule aux oeufs d’or

unbrindemaman © EM – Je suis une poule aux oeufs d’or

EM.

J’espère que ce partage vous fait plaisir ! J’espère vous voir nombreuses et j’attends vos avis avec impatience. Je vous remercie pour tous vos gentils messages. Merci de me suivre et d’échanger avec moi !

PS : Si vous n’êtes pas maman vous-même, vous pouvez quand même participer ! Vous avez sûrement une sœur, une amie, une maman tout simplement, ou même une future maman dans votre entourage… Croyez-moi, les cadeaux de naissance sont très touchants, mais un petit quelque chose pour la maman qui s’est donnée corps et âme, c’est très beau aussi et ça ne s’oubliera pas…

Quant à moi, je vous retrouve tout au long de la semaine sur les réseaux pour mieux vous présenter chacun des trois tote bags.

Commentez, partagez, c’est à vous de jouer !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Concours | 58 commentaires

#RDVdesmots – La main qui berce l’enfant

unbrindemaman © EM – #RDVdesmots – La main qui berce l’enfant

Le #RDVdesmots, c’est une semaine, une citation, une production libre.

Vous souhaitez participer au rendez-vous des mots ? C’est très simple, il vous suffit d’être inspirée par l’une des citations, vous pouvez participer sur votre blog, sur Instagram, Facebook, Twitter ou même en commentaire. Il n’y a pas de jour imposé ou d’ordre, pas de contraintes. Tout le monde peut participer. Faites parler votre imagination ! N’oubliez pas d’utiliser le hashtag #RDVdesmots et de faire signe en commentaire pour que nous puissions nous retrouver les unes les autres.

(Je ferai prochainement un article dédié qui aura pour objectif de répertorier toutes les citations au fil des semaines à l’intention des personnes qui souhaiteraient participer au #RDVdesmots, car l’introduction de mes rendez-vous des mots devenait un peu trop longue à mon goût…)

Au menu cette semaine :

« La main qui berce l’enfant est la main qui dirige le monde. »

William Ross Wallace

Je trouve cette citation vraiment intéressante, très juste. Elle me rappelle la responsabilité qui m’incombe chaque jour. Un beau jour, mes enfants seront grands et leurs agissements impacteront le monde selon des valeurs que j’aurai pris le temps de leur transmettre.

Pour ce qui est de l’éducation d’un enfant, chaque mot, chaque geste, chaque attitude comptent.

Cette citation met donc en lumière le fait que les agissements de l’enfant ne seront que le résultat des agissements de celui qui l’éduque. En l’occurrence la mère, dans la majeure partie des cas.

Je prends cette responsabilité très à cœur en restant très consciente que dans la réalité, tout peut impacter l’éducation de mon enfant.

Lorsque j’étais encore enceinte, je suis restée en observation plusieurs semaines. Vous le savez sûrement, dans une chambre d’hôpital, avec des insomnies, entre quatre murs et une fenêtre qui donne vue sur le bâtiment d’en face, on s’ennuie rapidement !

J’ai fini des magasines entiers de mots croisés, lu des livres, terminé des dizaines de sudokus et puis il y avait encore et toujours du temps à combler.

Il y avait une petite télévision suspendue dans ma chambre, alors j’ai demandé si je pouvais y avoir accès. On m’a rapidement indiqué que les chaînes étaient payantes, à l’exception de la 18, j’ai nommé : Gulli.

Moi qui m’attendais à une chaîne d’info, je me retrouvais avec une chaîne de divertissement pour enfants.

Mais n’étant pas une consommatrice de télévision, je n’ai pas cherché à obtenir plus de chaînes et je me suis contentée d’allumer la machine quand le temps se faisait trop long.

Voir des petites animations de temps à autre permettait de combler un vide, mais aussi et surtout de me projeter en imaginant mes enfants quelques années plus tard assis devant quelques dessins animés au retour de l’école, comme il m’était arrivé de le faire moi-même enfant…

Et puis rapidement, j’ai eu une pensée qui m’a traversé l’esprit, le fameux : « C’était mieux avant ».

J’ai mis du temps à décrire à mon époux à quel point j’étais exaspérée de l’évolution pitoyable de la qualité du contenu de certains dessins animés sur lesquels j’étais tombée.

J’ai mis du temps à les retrouver, mais je peux maintenant partager mon désarroi en vous proposant de visionner ces quelques extraits que j’ai pu recueillir.

Je suis désolée de vous avoir fait subir ce visionnage.

Il y a deux choses : la première concerne le style. Pour ce pan, je dirais que ce n’est qu’une question de goût, mais pour ma part, ce genre de dessin animé, graphiquement très instable et complètement décousu, ne peut pas être à la base d’un visionnage calme et serein destiné à un enfant. Ce « fouillis » permanent me met, personnellement, très mal à l’aise.

Le deuxième pan touche le fond. Quel message cherche à être transmis par ce type de dessin animé ? Quelles sont les valeurs qui sont véhiculés ? Pourquoi laisserions-nous nos enfants visionner cela ? Qu’est-ce qu’un tel contenu pourrait leur apporter ?

Je vois de plus en plus de supports destinés à des enfants qui sont empreints de codes réservés aux adultes. Que ce soit dans les images, le langage ou les références employées.

Je peux presque soupçonner l’équipe d’adultes qui a pensé ces scénarios de chercher à se faire des clins d’œil les uns les autres autour de sujets qui les touchent, plutôt que de se mettre dans la posture du véritable spectateur : l’enfant.

Est-ce les médias qui s’adaptent aux nouvelles générations ou l’inverse ?

Je suis de ceux qui pensent que les enfants sont les mêmes depuis des siècles et que c’est le monde dans lequel ils évoluent qui les change.

Les dessins animés font partie des passe-temps qui « éduquent ». C’est là le danger.

« La main qui berce l’enfant est la main qui dirige le monde. » Oui, mais restons vigilants et gardons à l’esprit que ceux qui dirigent le monde peuvent aussi bercer nos enfants à notre insu.

EM.

Merci de m’avoir lue ! Merci pour vos messages de soutien concernant cette semaine chargée. Le #RDVdesmots est bien là, avec du retard certes, mais il est là ! J’attends vos avis dans les commentaires et vous retrouve très très vite pour enfin lancer le concours que je vous ai préparé…

Une citation pour la semaine prochaine :

« On ne peut vaincre la nature qu’en lui obéissant. »

Francis Bacon

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans #RDVdesmots | 32 commentaires

Challenge des créateurs : jour 5

unbrindemaman © EM – Dessin numérique sur support photographique

Nous voilà arrivés au cinquième et dernier partage ! Déjà me direz-vous ? Eh bien en réalité, je ne sais pas vraiment si j’ai réussi ce challenge, je l’ai un peu fait traîner en longueur faute de temps… mais cette semaine fut quand même assez amusante pour moi.

C’est toujours plaisant de faire un bilan des techniques utilisées… retrouver de beaux dessins fièrement conservés… et puis en retrouver de beaucoup moins beaux…

Mais voilà alors que l’expression « c’est en forgeant qu’on devient forgeron » prend tout son sens. Pour cette belle introspection, je remercie donc Paty de m’avoir nominée ! Je nominerai à mon tour cinq créatrices talentueuses en fin d’article, alors restez par ici…

En attendant, je vous parle de la suite de mes épopées artistiques et plus précisément en dessin. Pendant que mes années en ENSA m’ouvraient les yeux à de nouvelles techniques, j’avais encore un pan à découvrir : le dessin numérique.

J’ai ressenti le besoin de me pencher plus sérieusement sur cette pratique pour compléter des rendus de projets.

Pour cela, je me suis procurée une petite tablette graphique des plus basiques (Wacom one) et j’ai commencé à travailler sur des fonds de photographie. Photoshop et Gimp étant mes meilleurs amis… Je vous partage ici l’un des premiers rendus réalisés à l’aide de ma jeune tablette de l’époque.

Plus tard, j’ai réalisé que pour du dessin pur, cet outil donnait à mon trait un aspect plus enfantin. Moins net. Je trouvais ces rendus plus adaptés à des dessins moins réalistes tels que des reproductions de dessins animés par exemple.

Très souvent, l’outil peut modifier le style, et ce fut le cas pour moi.

Je vous partage ici un dessin de Spider-Man dessiné très rapidement au crayon et plus longuement colorisé à la tablette graphique…

unbrindemaman © EM – Spider man au crayon et à la tablette graphique

Voilà le cheminement des processus créatifs qui m’ont animée ces dernières années. Maintenant, il y a de nouveaux horizons qui m’inspirent beaucoup ! Je pense notamment à la peinture à l’huile que j’espère avoir la chance de pouvoir pratiquer dans les années à venir. Il y aussi la sculpture qui captive mon intérêt. Qui sait, je j’aurais peut-être de nouvelles créations à vous partager dans plusieurs mois…

En attendant, j’ai monopolisé la parole pendant cinq jour, alors il est venu le moment de vous faire découvrir cinq créatrices à mon tour ! Je suis la première à dire que je suis débordée ces temps-ci. Je m’attends donc à ce qu’une bonne moitié des nominées n’aient pas le temps de participer pleinement à ce challenge en cette fin d’année. Je ne sais d’ailleurs pas si elles ont déjà eu l’occasion d’être nominées par quelqu’un d’autre, mais pour le plaisir de faire reluire leur nom et de vous les faire découvrir, je les cite quand même !

  • Jeanne s’amuse, que vous pouvez retrouver sur son blog tous les mercredis pour des DIY pleins de créativité.
  • Harmonie d’un fil, qui fait de bien belles réalisations faites main !
  • Kalline, qui fait de très beaux tricots.
  • Colette, passionnée de perles en tous genre, retrouvez là sur son blog plein de DIY.
  • Sandrine et ses pots qui dépotent : ici vous retrouverez une créatrice pleine d’imagination qui customise vos pots de jardin avec humour.
  • (et puis n’oubliez pas de filer voir les belles réalisations de Paty...)

Voilà pour moi !

EM.

PS : Le rendez-vous des mots vous manque ? Moi aussi ! J’espère pouvoir publier cet article très vite !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Dessin | 8 commentaires

Challenge des créateurs : jour 4

unbrindemaman © EM – Lavis paysage reproduction

Vous le savez, en ce moment je suis surchargé de travail et c’est bien difficile pour moi de programmer mes articles… Mais peu importe si je ne suis pas très régulière, je vous retrouve quand même avec plaisir pour le quatrième partage de ma participation au challenge des créateurs.

Suite à ma nomination par Paty, je vous ai déjà parlé du dessin au crayon, de la gravure, du dessin à l’encre (plume, bambou, stylo..) et aujourd’hui, je souhaitais parler à nouveau des dessins réalisés à l’aide d’aplats.

Pour la technique du jour, c’est le lavis que je mets principalement à l’honneur. La pratique de cette technique m’a notamment ouvert la porte des dessins de paysages montagneux ou verdoyants.

Le lavis est un genre de « peinture à l’eau » réalisé par un dégradé d’une seule et même couleur. Pour moi, les vrais lavis sont ceux réalisés à l’encre de chine (noir ou sépia) délayé dans plus ou moins d’eau.

Je n’ai pas beaucoup de beaux lavis à mon actif, mais je continue de penser que cette technique est vraiment intéressante pour travailler les profondeurs ainsi que les jeux d’ombres en un coup de pinceau. Je devrais d’ailleurs m’entraîner plus souvent…

Je vous partage ici un lavis réalisé il y a plusieurs années. Il s’agit d’une reproduction dont je ne saurais pas retrouver la source.

Pour continuer sur les dessins construits par aplats, je me suis ensuite penchée sur l’aquarelle. J’ai encore beaucoup à apprendre dans ce domaine car je pense que la couleur est l’un des points que je maîtrise le moins en dessin.

Je vous repartage ici un exemple d’aquarelle que j’ai réalisé il y a peu. Je vous avais déjà partagé cet oiseau sur Instagram, mais je profite de l’occasion pour le partager aussi ici.

unbrindemaman © EM – huppe réalisé à l’aquarelle sur fond de dessin au stylo

Vous pouvez aisément remarquer que je n’ai pas confiance en mon seul pinceau dans ce genre de dessin. Je construis d’abord le dessin à l’encre et je colorise ensuite à mon rythme…

C’est tout de même un bon moyen de commencer à agencer les couleurs les unes avec les autres.

EM.

Merci de m’avoir lue !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Dessin | 10 commentaires

Challenge des créateurs : jour 3

unbrindemaman © EM – Portrait de Rodin à l’encre de chine

Eh bien, eh bien, je me fais toute petite et vous retrouve en ce vendredi soir pour tenter de rattraper mon retard au challenge des créateurs.

Je vous ai déjà parlé de mes débuts en dessin, au crayon tout simplement… puis je vous disais à quel point mon regard s’était élargit notamment avec la pratique de la gravure.

En fait, cette technique m’a vraiment donné confiance en moi, en mon trait. J’ai remarqué une différence flagrante entre les dessins que j’effectuais au crayon et qui pouvaient donc être gommés, re-crayonnés… et ceux pour qui le trait devait être posé avec assurance, d’une traite, sans retour possible.

Je me suis donc lancée avec plus de rigueur dans la pratique du dessin à la plume pour renforcer cette assurance.

J’ai pratiqué le dessin au bambou, que j’affectionne moins que la plume que je trouve plus précise, et puis j’ai rempli des carnets d’encre de Chine. Pour m’entraîner, j’ai fait beaucoup de reproductions et pour cela, je n’ai pas hésité à repasser à mes sujets favoris en dessin : les portraits.

Je vous livre ici un portrait de Rodin, ainsi qu’une reproduction d’une scène en gravure dont je ne saurais plus retrouver la source.

unbrindemaman © EM – extrait de reproduction à l’encre de chine

Depuis que je suis maman, j’ai moins d’opportunités pour prendre le risque de ressortir mon petit pot d’encore de Chine et ma petite plume… J’ai trouvé un moyen pour remédier à mes envies soudaines de dessiner en continuant à m’exercer de la sorte : simplement avec un stylo bille noir !

Je vous partage donc aussi un portrait de Dali et un portrait de marie Antoinette réalisés au stylo bille.

unbrindemaman © EM – Portrait de Salvador Dali au stylo bille noir

Le rendu n’est pas le même, mais la simple idée de se dire qu’il ne sera pas possible d’effacer est très  formatrice. C’est un effort considérable qui fait beaucoup avancer.

unbrindemaman © EM – Portrait de Marie Antoinette au stylo bille noir

J’ai moi-même encore beaucoup à apprendre, mais en un mot, si vous aimez dessiner et que vous souhaitez affiner votre technique, prendre en assurance et en spontanéité, je pourrais vous conseiller, d’après ma propre expérience personnelle, de passer directement à l’encre de temps à autre (et de faire beaucoup de reproductions de gravures notamment).

EM.

Merci de m’avoir lue et à très vite !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Dessin | 14 commentaires

Challenge des créateurs : jour 2

unbrindemaman © EM – Gravure à l’eau-forte, Etat 4/6

Difficile de garder le rythme du challenge des créateurs ! Mais je suis quand même là ce matin pour vous présenter une nouvelle technique. Lorsque j’étais encore à l’ENSA, j’ai eu la chance d’avoir accès à la pratique de la gravure. Aujourd’hui je peux donc vous présenter une estampe que j’ai réalisée il y a plusieurs années.

Cette estampe est le quatrième état d’un total de six tirages. Vous avez bien lu, il n’existe pour le moment que six tirages de cette gravure (et la plaque) et ce que je trouve tout à fait magique avec cette technique, c’est que chaque tirage est unique puisqu’à chaque fois que la plaque passe sous le pressoir, elle est éprouvée de telle sorte qu’aucun rendu ne se ressemble tout à fait. La gravure donne des estampes originales et uniques !

Pour en arriver là, j’ai commencé par dessiner mon dessin au crayon sur une feuille. J’ai ensuite repris les grandes lignes que j’ai reportées à l’envers sur une plaque de métal préalablement recouverte de vernis à graver que j’ai ensuite soigneusement creusée à la pointe métallique des heures durant.

Le principe de l’eau-forte est de révéler les zones de la plaque qui sont à vif en laissant reposer la plaque plus ou moins longtemps dans un bain d’acide.

Selon les états, je peux ensuite juger des zones à assombrir en recouvrant de vernis les zones du dessin qui doivent rester lumineuses. Je plonge ensuite de nouveau ma plaque dans l’acide qui « mord » les zones à assombrir…

Pour obtenir les rendus entre chaque étape, il suffit de nettoyer la plaque, l’encrer et la passer sous presse.

Le dessin ressort à l’endroit s’il a bien été reporté à l’envers sur la plaque…

Pour pratiquer la gravure, il faut être minutieux, attentif et avoir beaucoup de patience. Le dessin prend du temps à se révéler… mais le résultat est souvent inattendu. C’est toujours une belle surprise que d’aller découvrir comment l’acide a agi sur la plaque.

Pour cette estampe, j’ai choisi de présenter une vue de l’école qui m’a vue grandir durant cinq longues années, et qui a participé à forger mon regard critique sur mon travail et plus généralement sur la société et le monde. C’est aussi ici que j’ai appris à apprécier le dessin d’espaces qui est à la base de ma profession d’architecte.

J’espère que ce deuxième partage vous aura plus ! A demain ou plus tard dans la journée pour mon troisième partage du challenge des créateurs.

EM.

P.S. : Je n’ai pas oublié le rendez-vous des mots de la semaine dernière qui arrivera finalement cette semaine !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Dessin | 15 commentaires

Challenge des créateurs : jour 1

unbrindemaman © EM – Dessin d’oeil à la pierre noire

Comme je vous le disais sur les réseaux hier, je vous retrouve aujourd’hui puisque j’ai été nominée au Challenge des créateurs qui met à l’honneur la pratique de l’Art sous toutes ses formes.

J’ai été nominée par la très talentueuse Paty de la page Facebook Patycréations et du blog 1crochets2éguilles. Je vous invite fortement à découvrir son univers et je réponds avec plaisir, à mon tour, à ce challenge qui propose de présenter une création par jour pendant cinq jours.

Vous le savez sûrement si vous me suivez sur le blog, j’adore vraiment écrire. C’est le médium que j’utilise avec le plus de facilité pour transmettre mes idées, d’où l’ouverture de mon blog il y a maintenant près de cinq mois…

Paty a su voir que j’avais d’autres centres d’intérêts, je la remercie d’ailleurs d’avoir pensé à moi pour ce challenge. N’ayant pas assez de temps pour de nouvelles productions ces derniers jours, j’ai cherché dans mes tiroirs pour vous proposer une semaine cohérente et pleine de sens pour moi. J’ai pensé à la broderie, la couture… Mais j’ai finalement porté mon attention sur une pratique qui me colle à la peau depuis toujours : le dessin.

Je choisis de commencer en douceur avec ce premier partage du jour : le dessin d’un simple œil réalisé à la pierre noire.

Pourquoi un œil ? Aussi longtemps que je m’en souvienne, l’œil est le premier organe qui a captivé mon attention quand j’ai vraiment commencé à être happé par la pratique du dessin dans mes plus jeunes années.

Plein, profond, brillant, transparent, luisant… en plus d’être la figure dite du miroir de l’âme, l’œil est un « objet unique » qui travaille avec la lumière pour devenir l’intermédiaire d’une communication consciente. Il est plein de mystère : c’est, pour moi, la Joconde du visage.

Il y a des années, j’aurais pu remplir des carnets entiers de paires d’yeux. Aussi effrayant que cela puisse finalement paraître, cette pratique intensive du dessin de cet organe complexe m’a beaucoup fait avancer.

La représentation de cet œil est symbolique en ce premier jour de challenge, puisqu’il représente aussi l’outil principal que j’utilise moi-même pour dessiner. Ce sont avec mes yeux que j’observe, que j’évalue les distances et que je cherche à percer les secrets des modèles qui m’entourent.

C’est sans surprise que le premier dessin de la semaine que je vous partage est réalisé au crayon, puisque c’est l’un des outils les plus classiques pour les amateurs de dessins.

Jusqu’à une certaine période de ma vie, je peux dire que j’ai été autodidacte. Petit à petit, le travail du dessin par plaisir a commencé à forger un regard, mon propre regard fidèlement retranscrit par ma main, mon propre coup de crayon, et c’est ainsi que mon propre style à commencé à naître, avec ses imperfections, ses traits épais un peu brutaux… mais c’était sans compter sur mes années en école nationale supérieure d’architecture qui ont véritablement élargi ma vision du dessin notamment par l’introduction de nouvelles techniques.

Rendez-vous demain pour un nouvel épisode de ce challenge où je vous présenterai un nouveau dessin, une nouvelle technique et une nouvelle histoire…

A demain.

EM.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Dessin | 12 commentaires

La classique tarte au chocolat

unbrindemaman © EM – La classique tarte au chocolat

Sans surprise, je vous retrouve en ce 27 mai, jour de la fête des mères en cette année 2018, pour vous partager une délicieuse recette de tarte au chocolat.

Je suis de ceux qui pensent qu’une mère le devient à l’instant où sa grossesse débute, alors je profite de cette publication pour adresser mes plus doux vœux de bonheur et de joie à toutes celles qui ont déjà donné naissance et aussi à celles qui ont encore quelques mois à attendre avant de rencontrer leur petit bout.

Pour la recette du jour, j’ai utilisé le reste d’un nappage qui m’avait servi à faire des choux à la crème. Je vous partage donc ici exactement la recette qui m’a permis d’obtenir une tarte crémeuse et fondante, tout a fait appétissante !

Pour la pâte sucrée, j’ai utilisé la recette d’Amandine du blog amandinecooking :

  • Dans un bol, mélangez 140 g de farine + 55 .g de sucre
  • Formez un puits et cassez un œuf à l’intérieur + 70 g de beurre mou coupé en petits dés.
  • Mélangez rapidement du bout des doigts jusqu’à obtention d’une pâte homogène.
  • Formez une boule et protégez la d’un film plastique avant de laisser reposer la pâte au frigo 1 h grand minimum.

Vous pourrez ensuite déposer votre boule sur du papier sulfurisé pour l’aplatir à l’aide de votre rouleau selon les dimensions de votre moule (ou vos moules si vous choisissez de réaliser de petites tartelettes).

Idéalement, il faut que la pâte remonte sur les bords du moule et qu’elle retourne reposer au frigo un moment avant d’être cuite.

Sur ma photo, vous pouvez constater que la pâte s’est rétractée à la cuisson car j’avais trop travaillé la farine. De plus, les temps de repos sont très importants. Pour ma part, j’ai attendu tout juste une heure et je n’ai pas laissé reposer la pâte de nouveau après l’avoir déposée dans mon plat.

Cela n’a pas altéré le goût de la pâte sucrée, elle est seulement moins esthétique.

Vous pouvez ensuite piquer la pâte à l’aide d’une fourchette et la laisser cuire une vingtaine de minutes à 210 °C .

Il y a plusieurs écoles pour éviter que la pâte ne gonfle. Pour ma part, j’ouvre le four et j’appuie sur la pâte pour chasser l’air de temps en temps.

A la sortie du four, votre fond de tarte aura bien bruni. Vous pourrez la laisser refroidir à température ambiante.

Préchauffez ensuite votre four à 150 °C.

Pour la garniture :

  • Faites porter à ébullition 150 mL de lait avec 20 cL de crème liquide.
  • Versez ce mélange sur 280 g de chocolat que vous aurez préalablement concassé manuellement et ayant une teneur en cacao d’environ 50% pour éviter d’obtenir une tarte trop amère (à vous de moduler selon vos goûts).
  • Mélangez jusqu’à obtention d’une crème bien lisse.
  • Laissez refroidir à température ambiante.
  • Cassez ensuite un œuf entier dans le mélange et remuez bien.
  • Versez cette garniture dans la pâte.
  • Enfournez à 150 °C entre 15 et 20 min.

Vous devez bien surveiller la cuisson. Dès que les premiers bulles apparaissent sur les bords de la tarte, vous pouvez la sortir du four !

Pour la cuisson je n’ai pas hésité à m’inspirer de la méthode présentée par le chef Philippe Conticini dans cette vidéo.

Pour cette cuisson lente, souvenez-vous donc : on cherche à pocher, et non pas à cuire !

Cela signifie qu’à la sortie du four, la garniture de votre tarte ne se tiendra pas complètement, ce qui est complètement normal.

Vous pourrez ensuite la laisser refroidir à température ambiante et vous vous apercevrez que la garniture tiendra un peu mieux.

Si elle est trop liquide à la découpe, c’est qu’elle manquait de cuisson, et si elle est trop compacte, cela indique qu’elle est restée trop longtemps dans le four.

Cette tarte qui, à mon sens, rivalise de loin avec les tartelettes au chocolat que j’ai pu goûter en boulangerie, se mange tiède ou bien froide ! Selon les goûts…

Dans la première photo, elle sort du frigo, alors je ne sais pas si le côté fondant ressort bien, donc je vous laisse ici une seconde photo avec une moins bonne luminosité mais tellement plus parlante. Alors rien que pour le plaisir :

unbrindemaman © EM – La classique tarte au chocolat

Croyez-moi, cette tarte est une tuerie !

Je vous dis bon appétit et à la semaine prochaine pour de nouveaux articles.

EM.

Et de nouveau, bonne fête à toutes les mamans, et à la mienne surtout !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Publié dans Miam | 18 commentaires