Les griffes de trop

unbrindemaman © EM – Les griffes de trop

La situation est relativement banale, vous êtes avec votre bébé, vous tentez de capter son attention pour lui couper les ongles, vous jouez ensemble tranquillement et là, tout à coup, dans un excès de joie, votre bout de chou bat des bras tel un oiseau. Il est tellement vif et rapide que vous recevez, malgré lui, un bon coup de mini-griffe en plein milieu de l’œil.

A ce moment, vous avez peut-être la chance d’avoir seulement frôlé ce doigt. Avec moins de chance, vous voilà avec une déchirure superficielle de la cornée. Votre œil est légèrement affaiblie, abîmé, vous avez mal mais vous n’hésitez pas à embrasser votre bébé comme s’il ne s’était rien produit. Vous le savez, ce qui ressemble à première vue à une agression n’est que le résultat de l’expression incontrôlée de l’amour que votre enfant vous porte. Votre œil se soignera sans mal.

Au quotidien, je constate qu’il existe une multitude d’autres agressions. Elles viennent aussi griffer mon œil à sa surface et je n’ai aucune emprise sur elles. Mon problème ? Elles ne sont pas l’expression maladroite d’une émotion à mon égard. En fait, ces griffes acérées visent juste. Elles le font volontairement pour venir laisser une trace sur mes yeux.

La situation est relativement banale, vous n’avez d’autres choix que de prendre les transports en commun, vous payez ce service et il pleut dehors. Vous n’avez d’autres choix que d’attendre sous le petit portique du bus et vous voilà pris entre deux grands panneaux publicitaires. Vous êtes pris en otage par ces images qui vous laissent une trace.

J’ai passé un bon moment à rechercher une publicité très bien réalisée que je voulais vous poster ici, mais je ne l’ai pas retrouvée. On y voit des jeunes gens se cacher les yeux, et à mesure qu’ils le font il y a la voix en off qui dit quelque chose comme : « Aujourd’hui si nous voulons être informés, il suffit d’ouvrir les yeux. » Cette campagne de prévention est très juste. Si vous ouvrez les yeux, il y a déjà une masse d’informations faramineuse que la société vous envoie au visage, que vous le vouliez ou non.

Prenons une autre situation banale : vous regardez un documentaire que vous avez choisi de visionner. Les publicités se mettent en place et comme vous êtes sur une chaîne publique qui diffuse des messages tels que celui plus haut, vous n’avez pas peur de rester sur cette chaîne. Et là, je vous le donne en mille, à quelques secondes de la reprise du documentaire, une bande annonce surgit, emplie d’images choquantes : il ne vous faut qu’une seconde pour changer de chaîne, mais c’est est trop tard, vous avez l’œil gravé, griffé, abîmé par des informations qui ne vous intéressent pas et que vous ne souhaitez pas faire entrer dans votre maison et votre esprit. Des informations que vous ne voulez pas faire entrer dans l’esprit de vos enfants.

Nous avons tendance à oublier que nous sommes peut-être capables d’encaisser certaines images, mais que nos enfants ne le sont pas. Ils n’ont pas à être soumis à un flot continu d’images ou d’informations destinées aux adultes. Le problème réside dans le fait que ces images sont partout, elles surgissent sans prévenir. Je soulève la question de ce qui peux choquer, mais même sans cela, nous devrions avoir le droit et la possibilité de laissez nos yeux à l’écart de certaines griffures.

Je ne suis pas contre les publicités ou leur formes. Je pense juste que leur place dans notre société est largement discutable. Je considère que leur quantité ainsi que leur emplacement physique sont terriblement étouffants.

Il y a un exemple frappant qui me vient à l’esprit. J’ai ce souvenir des trajets en métro que j’effectuais deux fois par jour lorsque j’étais encore à Paris.

Ah, le métro parisien… Vous-êtes vous déjà baladées, que dis-je, déplacées dans ses couloirs ?

Au-delà des bouches de métro, il y a les quais et aussi de longues allées qui sont bien étroites la plupart du temps. On y croise des femmes, des hommes, des rats et… des publicités.

Donc si vous avez eu cette chance d’avoir pu vous immerger au moins une fois sous la capitale, vous avez forcément été ballottées de mur en mur à mesure que vous avanciez, portées par le mouvement de la foule pressée.

Souvenez-vous, si vous fermiez les yeux trop longtemps, vous risquiez de vous prendre un mur, de vous faire écraser ou même de vous faire voler quelque chose. Si vous gardiez les yeux ouverts, vous étiez nécessairement soumis à d’immenses affiches publicitaires.

Entre nous, laissez-moi vous dire qu’à cause de ces publicités, les allées du métro ressemblent à de grandes canalisations, et le mot est faible. Les messages peuvent être absurdes, choquants, violents, intéressants parfois, insultants, intrigants… Quel que soit l’effet qu’ils vous apportent, ils sont là, et vous y êtes soumis.

Ces affiches sont là, toujours aujourd’hui, posées les unes à la suite des autres, des deux côté, le long de ces deux murs parallèles qui vous suivent et vous encerclent. Vous ne pouvez pas y échapper. A ce moment, vos yeux se font griffer de toute part. La journée ne fait que commencer et pourtant, vous êtes déjà chargées d’informations. Le soir venu, vous n’y échapperez pas non plus.

Vous pouvez peut-être changer de chaîne lorsque les publicités passent à la télévision, mais dans les couloirs du métro, vous y serez forcement soumis.

Toutes ces couleurs, ces informations et ces images dépassent la seule barrière du globe oculaire. Elles s’introduisent et se greffent, elles occupent une place dans notre mémoire, et elles reviendront parfois nous chatouiller l’esprit, jusque dans nos rêves.

Alors comment faire ?

L’autre jour, nous étions simplement partis dans un tabac pour récupérer un colis et j’ai constaté en entrant que le mur principal qui portait de longs présentoirs de paquets de cigarettes était très étrange. Le vendeur avait délibérément choisi de ranger chaque paquet à l’envers.

Eh oui, vous avez deviné, les atroces photos à caractère préventif sont choquantes et elles pourraient dissuader des gens d’acheter des cigarettes.

Soit le vendeur était bien trop sensible pour supporter cet environnement de travail angoissant, soit il avait bien compris que les images ont une force. Elles ont la possibilité de guider nos choix.

Je pourrais continuer à écrire des heures au sujet de cette prise d’otage agressive qui nous touche tous à longueur de temps, au travers de situations des plus banales.

Je souhaitais simplement partager mon ressenti vis-à-vis de ce pan de notre société qui me désole et que je ne souhaite pas laisser à mes enfants, mais sur lequel je n’ai aucune emprise.

EM.

Et vous ? Un avis, une anecdote ? Je vous attends comme d’habitude dans la section des commentaires. 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce contenu a été publié dans Pensées. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

21 réponses à Les griffes de trop

  1. Suzanne dit :

    J’ai eu mal pour ton oeil au début…
    On nous assomme avec trop de publicités, trop de violence gratuite, un flux incessant d’informations plus terribles les unes que les autres et aussi plus inutiles…
    Je ne regarde plus vraiment les infos, me contentant vaguement de la radio quand je suis en voiture.
    On limite un max la télé quand les filles ne sont pas encore couchées ou exceptionnellement quand elles veulent regarder un dessin-animé.
    Mais c’est clair qu’elles enregistrent ce qu’elles voient à la vitesse de la lumière quand passe une pub pour un jouet quelconque (forcément chaîne enfant oblige, il y a tout plein de pub pour le jouet le plus débile qui soit…) alors forcément je ne souhaite pas qu’elles tombent sur une scène de guerre, de meurtre ou je ne sais quoi…
    Autant ce qu’il y a dans ma maison je peux le contrôler mais pour le reste c’est un peu illusoire….

    • EM dit :

      Bonsoir Suzanne,
      Oui toutes ces données sont difficile à gérer. Ah oui! Oui je n’ai pas traité toute la question des enfants qui sont plus facilement influençable (jouets et compagnie…)
      Merci pour ton commentaire,
      EM.

  2. petite étoile*** dit :

    très bon article comme d’habitude j’aime beaucoup ta façon d ‘écrire!

  3. Paty dit :

    Certes … Mais vaut-il mieux « cacher » la vérité du monde dans lequel vivent nos enfants ou leur expliquer les images vues ?
    Tant qu’ils étaient petits, j’ai regardé la télé et leur programmes avec eux, en faisant des commentaires si possible sur le ton de l’humour, et pour souligner la stupidité de certains messages publicitaires, ou « éducatifs » pour certains dessins animés. Je me rends compte que maintenant, ils ont l’esprit beaucoup plus critique vis à vis de situations auxquelles ils peuvent être confrontés… C’est une piste 😉 …

    • EM dit :

      Bonsoir Paty,
      Je suis complètement d’accord avec toi, il faut en discuter puisque ces « rencontres » sont inévitables. Pour un enfant vraiment petit je préfère quand même lui éviter de tomber sur des images vraiment trop violente qui pourraient le traumatiser. Chaque chose en son temps, vers les 7/8 ans peut-être qu’un enfant peut parler de certaines choses alors qu’à 2 ans l’enfant enregistre et ne montre peut être même pas que quelque chose l’a choqué.
      Il est vrai qu’on ne pourra pas éternellement protéger nos enfants des images que ce monde nous impose, discuter est donc une excellente piste comme tu le dis. En revanche je me demande toujours comment je pourrais expliquer à un enfant pourquoi il y a tant d’images de femmes si peu vêtu (voir pas du tout) placardé un peu partout.
      Ces images qui dégradent l’image de la femme sont porteuse d’un sens que je ne souhaite pas expliquer à mes enfants. Cette triste réalité est pourtant bien présente dans notre quotidien, je verrai comment gérer cette question le moment venu…
      Merci beaucoup pour ce commentaire,
      EM.

      • Paty dit :

        A chaque âge ses explications plus ou moins complètes et détaillées … mais même à 2 ans, on peut désamorcer des images choquantes en restant attentif … être parents, un métier sur le tas où il faut être tout le temps à 200% !!!!! Bienvenue au club 😉
        Après, oui, il faut essayer de limiter l’apport intempestif d’images chocs, on est bien d’accord…
        Le plus compliqué est sans doute d’expliquer des idées reçues ou des conseils stupides ou trop simplistes dans des dessins animés qui se veulent éducatifs, je ne citerai bien évidemment aucun d’entre eux, cela dépendant en plus de notre propre sensibilité ou éducation, mais je reste persuadée qu’il est important de suivre les mêmes programmes que nos enfants, surtout encore petits, pour expliquer ou commenter immédiatement ce qui nous parait inaproprié 😉
        Quant à l’image « dévêtue » de la femme, faut-il une explication ? Ma fille balaie la question en disant « c’est n’importe quoi » … comme quoi, ado, ils se rendent compte eux même de la stupidité de la chose, si l’éducation est donné en toute équité entre filles et garçons … çà, c’est encore un autre sujet ^^
        Bonne journée EM 😀

        • EM dit :

          Tu as complètement raison, merci pour tes bon conseils. Il faut être présent à 200% comme tu le dis très bien. Etre très réactif et ne pas hésiter à beaucoup parler de ce que l’on voit, que ce soit choquant ou non. Pour le reste, donner une bonne éducation et du bon sens à ses enfants…
          Merci beaucoup Paty 😉
          Bonne journée également et à très vite,
          EM.

          • Paty dit :

            Ouch !!!! Conseils … heu … retour d’expérience éventuellement 😉 Je ne me permets pas de « conseiller », dans le sens que chaque cas est unique même s’il peut présenter des similitudes 🙂
            Mais merci de tes commentaires et tes appréciations, l’art et la manière de fidéliser tes lectrices, j’adore !!!!!!
            Bravo pour tes écrits qui interpellent et donnent envie de réagir 😀
            Le tout sans aucune agression ni prise de tête, un exploit dans le monde actuel !!!!!

  4. Wahou qu’est ce que je hais les pubs… Toutes les pubs, même les plus drôles… Quelle société pourri par le commerce! Mais bon, c’est comme ça! J’ai la chance d’habiter en pleine campagne et nous ne sommes pas encore pourrie par la pub, ouf!
    J’adore ton dessin!! ❤❤
    Bisous!!

  5. Nina dit :

    Coucou ! j’ai beaucoup aimé ton article , tellement vrai !
    Comment faire pour se cacher et cacher nos enfants de ses images qu’on voit partout, bien souvent trop choquantes.
    C’est une raison pour laquelle, je ne regarde pratiquement plus la télé,
    Bises de La Réunion

  6. Harmonie d'un Fil dit :

    Bonsoir,
    Tu décris si bien la situation… Que je n’ai rien à rajouter sauf peut-être une petite anecdote :
    Ma fille de 8 ans, à l’époque, regardait une émission « secrets d’histoires » présentée par S. Bern. Emission très sérieuse et intéressante. Elle a toujours été fan de l’histoire… Bref, je reviens à notre sujet. Pendant cette émission, il y a bien évidemment des publicités et lors de l’une d’elles, il y avait un garçon installé sur un canapé qui regardait la télé. Pendant ce court métrage, le garçon en question s’est retrouvé prisonnier de sa propre télé et on pouvait le voir se battre en vain pour réussir à en sortir…. Vous voyez de quelle publicité je veux parler?
    Ma fille fut choquée et à vite éteint la télévision car elle ne voulait pas que celle-ci l’emprisonne. Par chance, j’étais présente et l’on a pu en discuter. Cette publicité a été réalisée exprès dans le but de nous faire prendre conscience des images que les « écran » peuvent montrer à nos enfants. Depuis ma fille préfère les livres… Cette mésaventure nous rappelle constamment les dangers des images publicitaires et la violence qu’elles nous renvoient…

    • EM dit :

      Bonsoir Harmonie,
      Ton anecdote est très parlante. Je crois connaitre cette publicité oui. Comme quoi une petite fille de 8 ans, ça reste une enfant ! Une chance que tu étais là. Imagine si elle avait été seule, si elle s’était réfugié dans un silence en gardant cette vison au fond d’elle.
      Une fois de plus je te remercie pour ton commentaire,
      EM.

  7. Très bel article à nouveau. Je dirais presque une étude sociologique! La publicité… oui, l’étude de l’humain et ces réactions… tout est subliminal. Pour exemple, dans un magazine, la page de droite est plus chère pour une publicité que la page de gauche. Pourquoi? Parce que la majorité des lecteurs sont droitiers et que leur œil se pose en premier sur la page de droite. Étudions la disposition d’un magasin ou plutôt d’un supermarché. Pourquoi les bouteilles d’eau et le lait sont toujours au fond du magasin alors qu’il serait plus simple de les avoir près de l’entrée pour commencer à les ranger dans son caddy en premier. Tout simplement parce que ceux sont des produits que nous achetons et qui nous sont indispensables et pour les atteindre, nous traversons tout le magasin et par la même tous les rayons. Comme les cosmétiques et les rayons musique à l’entrée, en premier parce que ceux sont des achats d’impulsion tout comme les bonbons à la caisse… et des produits ou les marges sont plus importantes aussi.Il n’y a pas que nos yeux qui sont agressés mais tout notre comportement est étudié, scruté au moindre détail dans notre société de consommation. Nous devons protéger nos enfants de la TV mais aussi dans notre vie de tous les jours…

    • EM dit :

      Bonsoir Jeanne,
      Quel commentaire ! Je te remercie vraiment pour ce contenue qui m’ouvre les yeux sur certaines pratiques.
      Merci beaucoup pour ta contribution.
      EM.

  8. Maman de 4 mimi lion dit :

    C est vraiment dur d être une super maman .proteger son enfant du monde qui l agresse en permanence . C est notre responsabilité de maman lionne c est notre devoir de maman .j ai apprécié cet article bravo ! Une bise pour la mini lionne 🙂

  9. Lucy dit :

    Très intéressant et bien ecrit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *